mardi 29 novembre 2011

On vote un peu partout au nom de la démocratie

On vote en République démocratique du Congo. On vote dans la douleur, on vote sous haute surveillance mais on vote et on le fait pour pas un peu plus de démocratie mais pour y gouter au moins 1 toute petite fois. ça devrait nous interpeller tous ces peuples qui ont soif de démocratie. On vote aussi en Egypte. ça ne se fait pas sous Mubarak. Pour pouvoir voter librement, les Egyptiens en payent le prix fort. Certainement que leur choix ne plaira pas du tout à certains mais respect. Ils font la chaîne pour voter. 
 Après une campagne tendue mais sans trop d’incidents, les électeurs de République Démocratique du Congo ont commencé à voter ce matin du 28 novembre à 6 heures : élections présidentielles et législatives.
Plus de 3000 observateurs, dont 90 envoyés par l’EurAc (Réseau Européen pour l’Afrique Centrale) sont répartis à travers les 11 provinces.
La police, l’armée (FARDC) et les forces de l’ONU (MONUSCO) sont mobilisées pour éviter les débordements.
Radio Okapi (financé notamment par l’ONU) a déployé 120 journalistes qui rendent compte en temps réel à cette adresse :

C’est la deuxième fois que les électeurs congolais sont appelés à voter, le premier scrutin ayant eu lieu en 2006. La sortie de ce pays des situations de violence par la démocratie peut être annonciateur de la capacité du monde à sortir de nos spirales de concurrence effrénée et violence par la démocratie.



 Les premières élections législatives de l’après Moubarak ont commencé ce lundi matin dans un climat particulièrement tendu. Après plusieurs mois d’euphorie, la crainte envers l’armée, suspectée de vouloir garder le pouvoir, s’est accentuée jusqu’à ces dernières semaines où les manifestations place Tahrir ont recommencé comme aux premiers jours de février 2011, avec de nouveau des affrontements et de nombreux morts parmi les manifestants. Les Frères Musulmans sont les favoris de ce scrutin, qui se déroule aujourd’hui, lundi, et demain, mardi, mais les sondages ne leur donne pas la majorité.




Vendredi passé, c'était le Maroc ou comme en Tunisie, un parti proche des valeurs islamiques  a eu le plus de voix sans pour autant avoir la majorité absolue.

lundi 28 novembre 2011

Festival international de la révolution du 16 au 19 décembre 2011 à Sidi Bouzid

Le comité d'organisation du premier "festival international de la révolution du 17 décembre" a tenu, lundi, à la maison de culture Ibn Rachiq à Tunis, une conférence de presse au cours de laquelle il a fait la lumière sur le programme de cette première édition du festival qui se déroulera à Sidi Bouzid du 16 au 19 décembre prochain.



dimanche 27 novembre 2011

Appel des artistes

L'avenir de l'humanité ne doit surtout pas se jouer sur le terrain de la puissance militaire et économique des Etats.
Le destin de l'Humanité dépend de la diversité de ses cultures et de ses savoirs. II est lié en même temps à la nécessaire solidarité entre tous les peuples.
Nous, acteurs de la vit culturelle, sommes conscients que les femmes es les hommes ont partout dans le monde les mêmes émotions et les mêmes espoirs. Tous aspirent â la paix et au juste partage des fruits de la terre. Les germes de la vio1ence que constituent la misère du plus grand nombre à côté de l’abondance dont jouit une minorité, l'accaparement et le gaspillage des ressources énergétiques et des matières premières, l'explosion démographique, la pollution, le désastre monétaire sont autant de problèmes qui se posent â l'échelle planétaire et qui dépassent largement la compétence des Etats.
Déjà, nous constatons, à l'échelle humaine, la manipulation mentale opérée pax 1es principaux médias et la toute puissance des sociétés multinationales.
Plus que jamais, chacun de nous doit se sentir solidaire de l'humanité.
Dans le monde entier les gouvernements entendront d’autant mieux notre voix que nous serons plus nombreux et plus déterminés. Nous sommes conscients de notre responsabilité à faire émerger des idées novatrices pour remplacer la Mondialisation néolibérale par une organisation sociale civilisée et équitable.
À nous, citoyens de tous pays, il appartient de faire connaitre nos aspirations en nous déclarant Citoyens du monde.
Le premier acte, simple mais efficace que nous invitons chacun de vous à. accomplir comme nous l'avons fait nous-mêmes, c'est de vous enregistrer comme Citoyennes ou Citoyen du Monde.

 http://www.recim.org/cdm/artistes.htm

Énergie nucléaire civile

Comme DÉLÉGUÉS ÉLUS au CONGRÈS des PEUPLES, directement et démocratiquement, par un corps électoral transnational réparti dans 110 pays,

NOUS DÉCLARONS QUE
  • l’énergie nucléaire couvre aujourd’hui moins de 1% de la consommation mondiale (surtout au bénéfice des pays nantis),
  • l’utilisation de cette énergie laisse non résolu actuellement le problème de la résorption des déchets radio-actifs, danger certains pour les générations futures,
  • le choix fait par plusieurs pays d’un développement important du nucléaire est justifié autant par le désir d’une fallacieuse indépendance énergétique que par la pression de groupes financiers multinationaux,
  • les énormes investissements affectés à l’énergie nucléaire retardent les programmes de recherches sur les énergies douces : solaire, hydrogène, bio-gaz, bio-masse, éoliennes, géothermiques, centrales géostationnaires, centrales océanes, marémotrice ou aérothermiques,…
  • l’énergie nucléaire risque de conduire à une société policière à cause des dangers de détournement des matières fissiles à des fins terroristes,
  • les produits de base de l’énergie nucléaire civile peuvent être détournés à des fins militaires.

NOUS CONSIDÉRONS que
si l’on utilisait rationnellement les énergies fossiles en pleine connaissance des risques écologiques que leur usage entraîne et si l’on adoptait une politique mondiale efficace de limitation des gaspillages d’énergie, on pourrait assurer la transition vers un usage des énergies douces permettant à terme l’abandon de l’énergie nucléaire,

NOUS DEMANDONS en conséquence,
la création d’une INSTITUTION MONDIALE SUPRANATIONALE à pouvoirs réels et bien définis pour
•    Promouvoir, à échelle mondiale, les études sur les énergies douces,
•Elaborer un programme de démantèlement progressif des centrales nucléaires existantes.

*


Cette déclaration a été faite le 28 novembre 1982. Elle a presque 30 ans et reste plus que jamais d’actualité. Après les catastrophes nucléaires de Three Mile Island (États-Unis), Tchernobyl (Ukraine) et Fukushima (Japon) et les incidents qui se multiplient dans les centrales nucléaires (un millier en France en 2010), il y a de plus en plus urgence à créer cette Autorité Mondiale de l’Énergie, réclamée depuis trente ans par les citoyens du monde.

Il y a d’autant plus urgence que, pendant ces trois décennies, « les études sur les énergies douces » ont considérablement progressé alors que les recherches sur « le démantèlement progressif des centrales nucléaires existantes » n’ont, elles, guère avancé et que « le problème de la résorption des déchets radioactifs, dangers certains pour les générations futures » n’est pas prêt d’être réglé. Certains déchets rappelons le, resteront radio-actifs pendant des dizaines de milliers d’années.

Seule une Autorité Mondiale de l’Énergie à caractère supranational et démocratiquement installée, peut épargner aux descendants des descendants des descendants des descendants de nos descendants la gestion de NOS déchets radio-actifs.


Que dirions-nous si, en ce 21ème siècle, plutôt que d’admirer les pyramides, les théâtres antiques, les arènes, les temples, les péristyles, les aqueducs et les obélisques laissés à la postérité par les Romains, les Grecs, les Egyptiens nous avions a gérer leurs déchets nucléaires et leurs zones contaminées interdites à l’habitation ? Sûr que nous maudirions ces irresponsables et leur héritage empoisonné !

C’est exactement ce qui se passera dans quelques siècles si nous n’empêchons pas, aujourd’hui, les oligarques et les technocrates du nucléaire d’imposer leur poison durable où que ce soit dans le monde.
N’en déplaise aux politiciens qui qualifient d’ « indécents » les citoyens de ce monde qui, depuis la catastrophe de Fukushima, demandent à sortir du nucléaire, n’en déplaise à ces mêmes politiciens que la tragédie déclenchée le 11 mars dernier n’incite pas à remettre en cause leurs propres programmes électro-nucléaires, nous le redisons haut et fort : la planète et ses habitants ont besoin d’une Autorité Mondiale de l’Énergie.

Joël Luguern

Tarbes. " En train de construire des éco-citoyens du monde"

Cette année, le centre de vacances de l'Arcouade, à Payolle, va accueillir 30 classes du Grand Tarbes. L'objectif est de sensibiliser les écoliers sur le développement durable.
L'Arcouade, vrai séjour d'enseignement ou simple site de vacances ? Depuis deux ans, la ville de Tarbes a tranché en décidant de responsabiliser ses élèves (CE 2, CM 1 et CM 2) sur les questions écologiques. « Le deal du nouveau centre est simple, explique Jean-Claude Piron, adjoint au maire. La ville, à l'origine du programme, s'occupe de la partie logistique quand l'Éducation nationale prend en charge la pédagogie. »

Israël - Palestine from the inside: fractures et contradictions

http://www.moxity.com/events/israel-palestine-from-the-inside-fractures-et-contradictions/

lundi 21 novembre 2011

Les migrants en situation irrégulière traités en parias dans l'UE, selon un rapport

Les migrants en situation irrégulière traités en parias dans l'UE, selon un rapport 

 Les migrants en situation irrégulière en Europe sont davantage exploités sur leur lieu de travail et sont confrontés au manque d'accès aux services de base, notamment dans le domaine de la santé et de l'éducation, selon un rapport publié lundi par une agence de l'UE.
"Nous employons les migrants en situation irrégulière comme travailleurs domestiques bon marché. Nous mangeons les fruits et les légumes qu'ils récoltent. Mais malgré leur contribution à nos sociétés, lorsqu'ils veulent accéder aux soins de santé ou aux services d'éducation, ou encore réclamer justice en cas d'abus, ils se retrouvent bien souvent face à une porte close ou, pire, sont expulsés", a affirmé Morten Kjaerum, directeur de l'Agence européenne pour les droits fondamentaux.
"Les droits de l'homme s'appliquent à tous les humains. Et nous restons des êtres humains même si nous n'avons pas de passeport, de visa ou de permis de séjour", a insisté M. Kjaerum en présentant le "rapport sur les droits fondamentaux des migrants en situation irrégulière dans l'Union européenne".

Article complet ici: 


en rappel cet autre rapport: 

et celui ci 

et un dernier

Financement d'un projet de centrale solaire au Maroc

La Banque mondiale (BM) a approuvé des prêts d'un montant de 297 millions de dollars destinés à aider le Maroc à financer le projet de centrale solaire à concentration de Ouarzazate. "Il s'agit d'une avancée historique vers la réalisation d'une des premières centrales nord-africaines à grande échelle de ce type visant à exploiter les vastes ressources en énergie solaire de la région", a souligné l’institution financière internationale dans un communiqué publié à Washington. La Banque internationale pour la reconstruction et le développement, branche du Groupe de la BM, qui octroie des prêts aux gouvernements des pays en développement, accordera un prêt de 200 millions de dollars, tandis que le Fonds pour les technologies propres fournira un prêt de 97 millions de dollars.!
 Complément d'informations:
http://www.yabiladi.com/articles/details/7468/centrale-solaire-ouarzazate-banque-mondiale.html
http://www.masen.org.ma/upload/environnement/doc2.pdf
 http://www.lesoir-echos.com/centrale-de-ouarzazate-le-renfort-de-la-banque-mondiale/economie/34981/
 

Journée mondiale de l’enfance

Hier, c'était la journée mondiale de l'enfance voir lien suivant ici .

En 1954, l’Assemblée générale a recommandé [résolution 836 (IX)] à tous les pays d’instituer une Journée mondiale de l’enfance, qui serait une journée de fraternité mondiale et de compréhension entre les enfants, et d’activités favorisant le bien-être des enfants du monde entier. Elle a proposé aux gouvernements que cette journée soit célébrée à la date qui leur semblait la mieux appropriée. Le 20 novembre marque le jour de l’adoption par l’Assemblée de la Déclaration des droits de l’enfant [A/RES/1386(XIV)] en 1959, et de la Convention relative aux droits de l’enfant, signée en 1989. 

Lorsque nous suivons l'actualité mondiale, nous avons l'impression que ce fut une journée comme les autres.
En Syrie, la violence n'épargne pas les enfants. Déjà 282 enfants morts . comme l'indique ce lien .

En Israël,la situation est décrit ans ce lien: http://www.un.org/children/conflict/french/palestine.html


18 novembre 2011

Communiqué de presse

A l’occasion de la journée internationale des droits de l’enfant, le 20 novembre, et en application de la loi organique du 29 mars 2011, le Défenseur des droits a fait parvenir au Président de la République son premier rapport consacré aux droits de l’enfant.

Il sera reçu dans les prochains jours par le Président de la République ainsi que le Président du Sénat et celui de l’assemblée nationale afin de faire part des préconisations proposées.

»En savoir plus
» Télécharger le dossier de presse

» Télécharger le rapport intégral : « Enfants confiés, enfants placés : défendre et promouvoir leurs droits » 


 « La Journée Internationale des droits de l'enfant est une journée de fraternité mondiale et de compréhension entre les enfants, et d'activités favorisant le bien-être des enfants du monde entier » (© Nations Unies). 

A Paris, dans ce cadre est prévu 1 moi d'exposition autour de l'enfance adoptée
voir lien ici 


Un rappel , il y a 1 an :

 




Pour rappel la journée mondiale de l'enfance Africaine qui a lieu le 16 juin et qui commémore le massacre d'enfants  à Soweto avec cette vidéo



http://www.djibitv.com/video/3713/L%27enfant+africain+c%C3%A9l%C3%A9br%C3%A9


video

samedi 19 novembre 2011

Libye Libre et démocratique

Il y a 2 semaines une page d'information sur la Libye a vu le jour  afin d'informer l'opinion publique. Elle est totalement accessible hors facebook et est administrée par des personnes bien au fait de la réalité libyenne.
Les langues d'usage sont le français, l'anglais et l'arabe.

 https://www.facebook.com/libyedemocratique?sk=wall




Dernière nouvelle du jour: capture d'un des fils du dictateur déchu ;Khadafi et cette fois ci

Seïf el islam capturé

joies après la capture de seïf el islam

Saïf Al-Islam Kadhafi a été arrêté dans le sud de la Libye, selon le ministre de la justice libyen.Recherché par la Cour pénale internationale, le fils de l'ancien dirigeant libyen avait fui Tripoli avec son père et son frère Mouatassim. Il s'était réfugié à Syrte, d'où il avait réussi à échapper aux troupes du Conseil national de transition. Selon un responsable touareg, il s'était ensuite rendu à la frontière du Niger pour y chercher refuge.


Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) n'exclut pas d'inculper l'ancien chef des renseignements libyens Abdullah al Senoussi dans le cadre de l'enquête sur des centaines de viols commis lors de la guerre civile de cette année.
L'Assemblée générale des Nations unies a voté, vendredi, en faveur de la réintégration de la Libye dans les rangs du Conseil des droits de l'homme.

vendredi 18 novembre 2011

Conférence annuelle des Evêques de la région nord de l’Afrique (CERNA)

Conférence annuelle des Evêques de la région nord de l’Afrique (CERNA)

Au nom de Dieu, et de la fraternité entre les gens du livre
• «L’islamisme n’est pas un souci chrétien, il est profondément musulman»
• «Nous respectons le choix d’un peuple pour avoir un gouvernement religieux... Il faut tout juste s’accepter les uns les autres» déclarent les Evêques présents lors de la Conférence épiscopale de la Région Afrique du nord (CERNA).
• «Je n’ai jamais eu de problèmes avec les autorités, encore est-il que je sais les limites à ne pas franchir.» avance l’Archevêque de Tunis, Marroun LAHHAM
La conférence de presse des Evêques de la région Nord de l’Afrique (CERNA) s’est tenue hier en fin de matinée à l’Archevêqué de Tunis. On y assiste. Religieusement. Car non seulement on dira qu’à «Tout seigneur tout honneur» mais parce que ce genre de rencontres médiatiques ne courent pas les rues dans un pays où l’Archevêqué se fait discret.

 Qu’en sera-t-il, aujourd’hui, avec l’ascension d’Ennahdha au pouvoir ? Cela interpelle plus d’un surtout que le pays compte parmi les siens entre 30 à 32 milles chrétiens toutes confessions confondues.
La réponse on est allé la chercher du côté de la rue d’Alger où la rencontre-évènement est animé par ‘’Mon Seigneur’’ Maroun LAHHAM, l’Archevêque de Tunis qui tente d’anticiper sur la question en avançant sans pour autant être trop loquace que « des partis politiques l’ont contacté pendant la période pré-électorale et qu’il a préféré reporter la rencontre pour l’après élections. » Répondant à la question que Le Temps- lui a posée quant à la communication de l’Archevêqué de Tunis qui se fait rare , Mgr Maroun LAHHAM a signalé que la Révolution tunisienne a ouvert la porte à l’expression libre même set qu’auparavant il n’a pas eu de problèmes avec les autorités vu qu’il sait déjà « les limites à ne pas franchir et qu’il ne daigne pas outrepasser » dit-il en ajoutant… « Par ailleurs je me sens chez moi ici. Depuis 7 ans je suis résident en Tunisie. Il est vrai que mes élèves me manquent mais je suis bien accueilli et respecté ici.» Il faut dire aussi que l’Archevêque de Tunis était le seul à avoir critiqué la politique de l’Occident vis-à-vis des clandestins tunisiens rappelant que la Tunisie a accueilli quelques 250 milles réfugiés libyens.
La conférence avait pour but de passer en revue le contenu du rapport final des travaux de la conférence épiscopale des Evêques de la Région nord de l’Afrique (CERNA), lesquels sont des nôtres depuis le 12 du mois en cours. Le seul hic évoqué était la situation des évêques d’Algérie « devant la non délivrance et parfois le refus de visas aux prêtres et religieux (ses), quelle que soit leur nationalité. » Chose qu’ils ressentent comme « une atteinte grave à la vie de leurs Eglises. » Cela n’est paraît-il pas le cas puisque Mgr Maroun LAHHAM considère « qu’un ou deux fanatiques ne noircissent pas l’image de la Tunisie en tant que pays où l’Islam est modéré et où vivent en symbiose depuis l’ère du temps musulman, juifs et chrétiens ». L’Evêque d’Algérie, Mgr Paul DESFARGES précise dans la foulée que « la question de la religion ne pose pas problème, encore moins une majorité islamique dans un gouvernement car c’est le choix d’un peuple qu’il faut respecter. Mais il faut tout de même s’accepter les uns les autres. » dit-il en continuant « L’islamisme n’est pas un souci chrétien. Il est profondément musulman. » Quant au chevauchement entre les activités des chrétiens et des musulmans dans le domaine caritatif les Evêques y paraissent presque unanimes pour rappeler que l’engagement des chrétiens dans le social n’est autre que l’expression de leur foi » et que de par leurs activités ils ne veulent aucunement faire de l’ombre à la communauté musulmane encore mois la contrecarrer. « Nous ne reculons devant rien pour venir en aide à notre frère dans l’humanité. » souligne l’Evêque d’Algérie, Mgr Paul DESFARGES.
Cela n’empêchera pas nos frères dans l’humanité d’exprimer leur fascination quant aux changements qui s’opèrent au Maghreb. Les Evêques présents se disent être des “témoins émerveillés” des changements qui s’opèrent au nord de l’Afrique qui se traduisent par un gain de libertés y compris celle de conscience. Mieux encore, Mon seigneur l’Evêque du Maroc a même parlé du PJD le parti islamique qui selon lui « est porteur d’un véritable projet politique ». A tout seigneur tout honneur.

Une nouvelle plateforme associative en Tunisie

Lancement du nouveau portail “http://Jam3ity.org” plate-forme pour les associations

C’est lors d’une conférence de presse, tenue hier après-midi, que le Centre culturel British Council et le Réseau Euro-Méditerranéen des Droits de l’Homme (REMDH) ont annoncé le lancement du portail «Jam3ity.org», une nouvelle plateforme destinée à l’ensemble des Associations tunisiennes nées avant et après le 14 janvier.


«Jam3ity.org» en quelques mots
Comme l’avait définie ses préconiseurs, «Jam3ity.org» est une sorte d’annuaire qui regroupera toutes les associations de la Société civile dans un seul et même espace. C’est donc une plateforme en ligne sous forme de réseau social dans lequel chaque association a son propre compte (espace d’hébergement), son identifiant, son mot de passe et ses membres. Dans cet espace toutes les associations peuvent publier des photos et des vidéos de leurs activités. Dans un souci organisationnel, un agenda est mis en ligne où les internautes peuvent consulter les événements à venir et que la Société civile organise.
En outre, la plateforme «Jam3ity.org» consacre un espace spécialement conçu aux appels de partenariat entre les associations à l’échelle nationale ou étrangère.
Le portail a pour l’instant hébergé 150 associations entre presque 10 mille qui existent en Tunisie.
«Jam3ity.org», pour promouvoir la vie associative
Nul ne peut nier le rôle prépondérant que doit jouer la Société civile dans le contexte actuel assez sensible pour la protection et la défense des droits de l’Homme. Malheureusement, du temps de Ben Ali, les associations étaient laissées-pour-compte, voire pourchassées et muselées par les eunuques de la dictature. Il serait donc temps aujourd’hui, que les associations se réorganisent, travaillent en harmonie et dans les règles de l’art.
Finie l’anarchie. Par le biais de ce portail qui se veut interactif et accessible à tous les citoyens tunisiens, on peut consulter toutes les pages des associations. Et c’est d’ailleurs l’un des objectifs du portail «Jam3ity.org». Ce dernier se propose d’être le lieu de communication et d’échange d’idées entre les associations dans le but de veiller à la consolidation des droits de l’Homme en Tunisie contre toute forme de violence aussi bien morale que physique.
Jouant le rôle de médiateur entre le citoyen et la Société civile, la plateforme mettra à jour toutes les nouveautés en termes d’activités, de nouvelles lois, de débats et de recrutements.
 Ce travail est donc le fruit d’un lent et long labeur d’une équipe de jeunes tunisiens dont le but est de revaloriser la nouvelle Tunisie et d’en faire une patrie libre et démocrate. L’œuvre des membres de Global Change Makers a été soutenu par le Réseau Euro-Méditerranéen des Droits de l’Homme et le Centre culturel British Council.
Melek LAKDAR

mercredi 16 novembre 2011

Forum sur la métamorphose

Vendredi 18 novembre 2011 à 9H00, Espace Trèfle à Ungersheim 68
FORUM SUR LE THEME : La métamorphose  
Ou comment, à travers des initiatives citoyennes, des villages et villes en transition,
un revenu inconditionnel d’existence retrouver le goût d’entreprendre ?
avec la participation de François PLASSARDAgronome, docteur en économie, co-initiateur de nombreuses expériences :
(Réseau SEL, chèque Temps Choisi, Jardins de Cocagne, Eco-Hameau ...) 

détails du programme cliquez sur lien

Un citoyen du monde sur la Route du Rhum - Banque Postale 2010

C'était il y a 1 an . un article de Christine Pascal Lecan

Caen, Octobre 2010 :
Vous êtes tous deux très impliqués dans la construction du voilier, il s'agit d'un travail d'équipe. Racontez-nous cette expérience.
Jean-François Lilti. Nous disposions d’environ deux cent mille euros. En effet, plutôt que de placer nos économies en bourse ou d’investir dans l’immobilier nous avons préféré les investir dans notre passion : la course au large.
Nous avons donc décidé de construire un catamaran de 50 pieds. C’est plus original puisqu'aujourd'hui les multicoques sont quasiment tous des trimarans. Nous avons fait le choix d’un catamaran perce-vague, avec une coque centrale suspendue, inspiré entre-autres de bateaux expérimentaux… et qui ne ressemble à aucun autre.
Le projet est né de rencontres notamment avec Matthieu Feron, architecte ayant gagné un concours de dessins de coques. Ensuite, une équipe d'amateurs s'est regroupée autour du projet.
Quels sont les points forts et les points faibles du bateau ?
Xavier Gosselin. Un de ses point fort est son comportement face au clapot : le principe perce-vague a un gros avantage quand la mer devient clapoteuse, par exemple dans le secteur de la Manche. Le cockpit central est très protégé et le volume intérieur vraiment spacieux pour un bateau de course. Le mât est maintenant un point fort et est plus solide qu'il n'a jamais été.
JF. C'est un mât qui nous a été offert par Mike Golding. Il faut savoir qu'il a déjà fait deux tours du monde et a été réparé à deux reprises. Il est désormais renforcé. Sa tenue et le haubanage vont être renforcés également. Le mât peut être un point faible, mais il est le point faible de tous les autres bateaux. Lors du dernier Vendée Globe, il y eut un nombre considérable de démâtages : Mike Golding, Bruno Peyron, DCNS, Groupe Bel. Et ces voiliers ont des mâts dont le prix est, tenez-vous bien, supérieur à notre budget global.
Quelles sont les caractéristiques de l’Avocet comme sa taille, son poids, la hauteur de son mât ou la surface des voile...
Son poids est d'un peu moins de 6 tonnes, sa longueur de 50 pieds soit 15,24 mètres et sa largeur 10 mètres 50. Le mât mesure 21 mètres et la tête de mât se retrouve à 23 mètres au dessus de l'eau, soit la hauteur d'un immeuble de sept étages... La surface de grand voile est au alentour de 110 m2, le solent est à 60 m2, le spi fait 160 m2. Le ratio surface de voile / poids du bateau est excellent.
Combien d'heures de travail sur l'Avocet ?
X. Nous estimons à 11 000 heures. Comme vous le voyez, c’est une passion qui nous mange et notre argent et notre temps.
JF. Nous étions jusqu’à douze à travailler sur la fabrication des moules, à côté de la plage d'Omaha Beach, à Saint-Laurent sur mer. Ce n'est pas une région à tradition maritime, c'est une région agricole et ce projet qui serait passé relativement inaperçu en Bretagne a fédéré énormément de monde ici. La mer fait rêver, même ceux qui ne naviguent pas et nous avons reçu beaucoup d'aides aussi bien de la part du maire de la commune que des jeunes retraités, des étudiants…
Avez-vous parfois douté ? Le projet vous a-t-il semblé par moment trop ambitieux ?
X. Je ne pense pas, dans la mesure où le bateau a été construit par éléments séparés. Jusqu'à la mise à l'eau, nous n'avions pas le temps de nous poser des questions. Je n'ai jamais douté de l'avenir de ce projet.
Venons-en maintenant à la démarche militante. Qu'est- ce qui, dans votre parcours, vous a conduits à vous rapprocher de l'association Citoyens du Monde ?
JF. Je pense que c'est toujours le hasard des rencontres. Il est vrai que c'est une association que je connais depuis longtemps - notamment par les encarts publiés dans Le Monde Diplomatique - sans y avoir participé. C'est comme cela que j'ai connu l'association. Les idées de Citoyens du Monde collent parfaitement avec ce que l'on pense et lorsque l'on a rencontré Didier Marchand, cela a coulé de source d'associer notre projet à un idéal mondialiste.
X. En effet, l'idée de faire un bout de chemin avec Citoyens du Monde était plutôt naturelle et dans la logique de notre démarche de navigateurs sensibles aux problèmes de la pollution de l’eau.
En quoi la voile va-t-elle vous permettre de sensibiliser au mondialisme et à l'environnement ?
X. C'est très simple de sensibiliser les gens à l'environnement par le biais de la voile car c'est un sport que l'on peut qualifier de vert. Les voiliers, par définition, utilisent la seule force du vent pour se déplacer. De plus, on peut dire sans exagérer que la dégradation des océans désespère l'ensemble des amateurs de voile.
JF. Voile et mondialisme : on évolue sur un milieu qui par sa nature même est mondial. Il n'appartient à personne pour sa partie la plus large et l'on comprend immédiatement en quittant les eaux territoriales à quel point il est nécessaire que les décisions soient prises au niveau global, aussi bien pour les problèmes de gestion des ressources halieutiques, que pour la pollution ou le réchauffement climatique. On est en prise avec tout cela lorsque l'on navigue au large. Un exemple parmi de nombreux autres : les ordures provenant d’un continent vont se déverser sur les rivages d’un autre au grès des vents dominants et des courants : on trouve sur les plages du Cap Vert des plastiques provenant d’Espagne.
On comprend que les décisions doivent être prises au niveau mondial.
Les Citoyens du Monde n'ont bien sûr pas la capacité de financer les frais de course de l'Avocet. La dimension de bénévolat est-elle importante dans votre démarche ?
X. Le bénévolat et les efforts financiers de Jean-François sont à l'origine de ce projet. Quelque part, le bénévolat est aussi la source de notre énergie. J'ai décliné plusieurs fois la proposition de rentrer dans de grosses équipe pour être préparateur de bateau. Je préfère être dans un petit projet et être au courant de tous les problèmes, pouvoir naviguer, plutôt qu'être un simple pion dans une grosse équipe. La démarche bénévole a donc toujours été présente et nous en avons déjà été récompensés.
JF. Je ne souhaite pas répondre à côté de la question mais le bateau a été construit avec une main d'oeuvre amateur et des apports financiers personnels des gens qui ont travaillé sur le bateau. Aujourd'hui, ce bateau existe, navigue, avec un petit budget certes, mais ce qui me plaît beaucoup c'est qu'il peut permettre à une association qui n'a pas des moyens énormes de participer à la Route du Rhum avec une couverture médiatique importante. Dans le cas présent, comme c'est le rêve de l'équipe de participer à ce genre de course, nous donnons à l'association Citoyens du Monde la possibilité de faire la promotion d’une Autorité Mondiale des Océans.
Nous préférons en effet offrir toute la surface médiatisable de notre voilier à une association défendant nos idées, même si c’est aux dépens de notre confort budgétaire.
Pourquoi pensez-vous qu'une autorité mondiale des océans pourrait améliorer la situation actuelle ?
JF. Cela paraît complètement évident. Seule une autorité mondiale, à caractère évidemment supranational, c’est à dire disposant de vrais pouvoirs de contrainte pourrait faire pression sur les gouvernements pour que des produits toxiques, des résidus de fabrication de l'industrie chimique, des déchets divers et variés ne soient pas rejetés par les estuaires. Pour que soient prises des mesures plus draconiennes concernant la surpêche, pour que soient mis en place des parcs marins pour permettre aux espèces de se renouveler afin que la pêche continue dans de bonnes conditions.
X. Au lendemain du sommet de Copenhague, il est très facile de s’apercevoir des limites du système actuel. La mise en place d’une Autorité Mondiale des Océans, qui aurait autorité sur les Etats, me paraît donc la seule alternative pour sortir du statu quo actuel.
Article publié dans "Citoyens du Monde", bulletin du Centre Français d'Enregistrement des Citoyens du Monde

Des experts débattent de la démocratie mondiale et d'un parlement à l'ONU

La création d'une Assemblée parlementaire auprès des Nations Unies était l'un des sujets abordés lors de la conférence organisée par l'Association pour les Nations Unies - Allemagne (DGVN) à la fin de semaine dernière à Berlin. Le Centre germano-japonais de l'Université libre de Berlin a accueilli des universitaires venus de toute l'Allemagne pour discuter « Tendances vers davantage de démocratie mondiale ».

Cette conférence avait pour objectif de faire le point sur la situation actuelle, quinze ans après la publication d'un Agenda de démocratisation par Boutros Boutros-Ghali, alors Secrétaire général de l'ONU. Le texte de M. Boutros-Ghali, qui est l'un des plus éminents soutiens de la Campagne pour la création d'une Assemblée parlementaire aux Nations Unies, a servi de point de départ aux discussions organisées pendant ces deux jours.
Lors d'une table ronde, le projet d'Assemblée parlementaire aux Nations Unies a été présenté par Peter Spiegel, vice-président du Comité pour une ONU démocratique à Berlin. M. Spiegel a affirmé que la démocratisation de l'ONU constitue également une mesure visant à promouvoir la démocratie de manière internationale, ce qui a provoqué la question de savoir pourquoi les démocraties du monde entier « font-elles obstacle aux efforts visant à démocratiser les organisations internationales ».
Plus tôt, le professeur Lothar Brock de l'Université de Francfort avait traité de la question du déficit démocratique des Nations Unies et expliqué pour quelles raisons il soutient le projet d'Assemblée parlementaire à l'ONU. Au cours de son exposé, le professeur Brock a abordé de nombreux sujets de la conférence, tels que l'inscription de la démocratie au sein de la conception de l'ONU ; les conditions nécessaires à la démocratie ; les modèles démocratiques ; l'interdépendance démocratique au niveau de l'État-nation et au niveau international ; ainsi que les formes de légitimation, le besoin de légitimité et leur possibles conséquences.
Les participants n'ont pas réussi à convenir d'un point de vue commun au sujet d'une Assemblée parlementaire auprès des Nations Unies. Un large consensus a été atteint quant à la considération affirmant que la démocratie est ancrée dans les valeurs de l'ONU et que la légitimité de cette organisation mondiale doit être améliorée.
L'Association pour les Nations Unies - Allemagne prévoit de publier les communications de la conférence dans un recueil en allemand. Ce colloque fait suite à une première conférence, ayant pour sujet le droit mondial, organisée par l'Association pour les Nations Unies - Allemagne en novembre 2008.

lundi 14 novembre 2011

Surveillance en France : Google veut une prise de conscience

Google se place en pointe du combat contre la surveillance du net. Après avoir publié son dernier rapport de transparence, le géant du web plaide pour une prise de conscience de la part des internautes du monde entier, et en particulier français. Le rapport 2011 montre en effet une très nette progression des demandes d'identification et de suppression en provenance de France.

 

 

Face à la surveillance des États, Google appelle les citoyens du monde à se mobiliser et à demander des comptes à leurs dirigeants. C'est en susbtance le message qu'a voulu faire passer Dorothy Chou, l'une des responsables d'un programme établissant chaque année un rapport de transparence sur les demandes de suppression de contenu et les demandes de renseignements sur les internautes.
Interrogée par Le Point, Dorothy Chou estime qu'il est normal que les citoyens, les organisations non gouvernementales et les associations se saisissent pleinement de ces problématiques. Car il s'agit, en fin de compte, de leurs données personnelles. Et de plaider pour une action concertée à l'échelle européenne, afin de pousser les États membres à faire preuve de transparence et de responsabilité.
"Les citoyens doivent se demander  : "les autorités servent-elles mes intérêts ? Est-ce bénéfique ?" poursuit Dorothy Chou, rappelant ainsi en filigrane le fameux slogan de Google : ne soyez pas malveillant (don't be evil). Une transparence qui ne doit par ailleurs pas se limiter aux seuls États. Les fournisseurs d'accès à Internet doivent "devraient publier le nombre de demandes d'informations qu'ils reçoivent" ajoute-t-elle.
Les commentaires de Dorothy Chou font suite à la publication du dernier rapport de transparence dans lequel il a été découvert une nette progression des demandes françaises de suppression de contenu et de communication de renseignements. En un an, les requêtes françaises ont grimpé de 27 %, permettant à la France de monter sur le podium des pays les plus actifs dans ce domaine.
Les autorités françaises ont par exemple déposé 1300 demandes de renseignements sur les utilisateurs au cours du premier semestre 2011, mais seule une petite moitié (48 %) a effectivement été satisfaite intégralement ou en partie. Côté suppression de contenus, 9 requêtes ont été formulées sur la période et portant sur un total de 250 éléments.

 source de l'article :http://www.numerama.com/magazine/20495-surveillance-en-france-google-veut-une-prise-de-conscience.html

 

 

Pour compléter cet article :  http://www.lepoint.fr/high-tech-internet/surveillance-du-web-google-espere-que-les-francais-vont-se-reveiller-08-11-2011-1393843_47.php

 

 http://www.lepoint.fr/high-tech-internet/la-france-championne-du-monde-de-la-surveillance-du-net-26-10-2011-1389460_47.php


http://nouvelles.cytalk.com/2011/10/france-championne-du-monde-de-la-surveillance-du-net/

dimanche 13 novembre 2011

Enfin de retour après un long périple

Le voyage s'est terminé le 10 novembre 2011, après avoir démarré le 7 mai 2011 pour aboutir au dépôt d'une clé usb au Mur des lamentations à Jérusalem .

 http://paix-eirhnh-salam-shalom.blogspot.com/

jeudi 10 novembre 2011

JOURNEE INTERNATIONALE DE LA PAIX : 21 septembre 2011


Zone de Texte: JOURNEE INTERNATIONALE DE LA PAIX : 21 septembre 2011Thème de l’édition 2011 : Paix et démocratie : faites-vous entendre !

DECLARATION DE L’ORGANISATION DES FEMMES ACTIVES DE COTE D’IVOIRE (OFACI)

Le 21 septembre 2011, marque la trentième célébration de la Journée Internationale de la paix.
En effet, cette journée a été inspirée de la journée mondiale de la Paix, instituée en 1979 par l'Eglise Catholique  à l'initiative du Pape Jean-Paul II.
En 2001, l’ONU, dans le souci de réussir sa vocation telle que définie dans le préambule de la Charte des Nations Unies, à savoir, prévenir les conflits internationaux, les régler et contribuer à établir une culture de la paix dans le monde, a consacré à travers sa résolution 55/282,  la journée internationale de la paix célébrée le 21 septembre de chaque année.
Cette journée fut instaurée en réponse aux nombreux conflits observés à travers le monde en vue de garantir aux peuples la paix et le développement.
La journée internationale de la paix doit être perçue comme une journée annuelle de non violence et de cessez le feu en vue de promouvoir les idéaux de paix au sein des nations et des peuples, ainsi que dans leurs relations.
Pour l’édition 2011, le thème international choisi est : « Paix et démocratie: faites-vous entendre ! ». Ce thème invite les Etats à promouvoir la paix et la démocratie qui sont deux notions indissociables et indispensables au développement de tout peuple.
Lorsque la démocratie, expression de la souveraineté  du peuple, est mise en mal dans un Etat, cela conduit inéluctablement à des tensions. C’est pourquoi, les gouvernants doivent veiller au respect strict des principes démocratiques dans le but de garantir à leurs peuples, la paix.
Pour nous Ivoiriens, la journée internationale de la paix, revêt un sens particulier. C’est pourquoi,
Au moment où, notre cher pays sort d’une crise sans précédent qui a laissé de nombreuses séquelles ;
Au moment où, le Président Alassane OUATTARA s’engage dans un élan de réconciliation et de cohésion sociale ;
Nous, Organisation des Femmes Actives de Côte d’Ivoire(OFACI), voulons apporter notre pierre à l’édifice de paix et de fraternité amorcé par nos gouvernants.
Nous tenons donc à encourager le Président de la république dans cette initiative salutaire pour notre pays.
Aussi, invitons-nous tous les Ivoiriens de tous bords politiques, de toutes configuration ethniques, particulièrement les femmes qui constituent des vecteurs de paix et de cohésion sociale, à accepter d’aller à la réconciliation vrai et sincère ; ceci pour le développement de notre pays et pour le bien être de nos enfants.
Nous souhaitons un retour effectif et réel à la paix pour que cesse les nombreuses violations des droits de l’Homme, en particulier ceux de la femme.
Aux acteurs de la société civile Ivoirienne, l’OFACI suggère que des actions de sensibilisation soient menées auprès de la population pour apaiser les discours de haine et offrir des cadres de dialogue entre les différents groupes.
S’il est vrai, comme le disait le Président Félix HOUPHOUET Boigny que « La paix n’est pas un mot, mais un comportement », alors l’OFACI invite chaque fille et fils de ce pays, ainsi que tous ceux qui nous font l’amitié de vivre avec nous en Côte d’Ivoire, à traduire dans nos comportements et dans nos propos de chaque jour, dans nos espaces publiques, dans nos services, dans nos écoles, la paix et la tolérance, gage de tout développement.
Chers Ivoiriens,  il est temps de construire l’avenir la main dans la main.
Chers sœurs, nous vous invitons à vous approprier le processus de réconciliation nationale car nous sommes convaincues que  la paix avec les femmes et par les femmes, est possible !

                                                        Fait à Abidjan le 21 septembre 2011
                                                                    SANGARE Namizata
                                                          Présidente Nationale de l’OFACI
 
(Organisation des Femmes Actives de Côte d'Ivoire)
03 BP 117 Abidjan 03
Tel: 00 225 20 39 03 82/20 38 65 59/20 31 52 14
Cel: 00 225 07 01 87 08/03 59 16 56/05 05 35 37
Email: ofaci@hotmail.com/ofaci@aviso.ci/meite26@yahoo.fr
Site web: www.ofaci.org